Google écope d’une amende de 57 millions de dollars pour avoir enterré des conditions de confidentialité où les utilisateurs ne les trouveront pas

Google a été condamné à une amende de 56,8 millions de dollars (20 391 200 000,00 $) par les organismes de réglementation de la protection de la vie privée en France, marquant ainsi la première utilisation par le pays des nouvelles règles strictes en matière de protection de la vie privée adoptées en Europe l’an dernier. Plus précisément, l’entreprise est accusée d’avoir violé les dispositions du Règlement général sur la protection des données (RGPD) en utilisant, sans le consentement approprié, les données privées des utilisateurs pour créer des annonces personnalisées; et en enterrant les pages clés de divulgation de la vie privée profondément, au milieu des océans de texte.

Dans un communiqué publié lundi, la CNIL, l’organisme français de surveillance de la protection de la vie privée, a déclaré que Google avait été condamné à une amende pour avoir inutilement occulté des informations concernant le traitement des données de ses utilisateurs, que les règles européennes de protection de la vie privée exigent d’être rendues plus facilement accessibles. Les informations essentielles sur la façon dont les données des utilisateurs sont traitées, stockées et utilisées, a-t-elle dit, ont été « excessivement diffusées sur plusieurs documents ». Il a exigé, dans certains cas, jusqu’à cinq ou six étapes pour déterrer les divulgations clés, y compris des détails sur la façon dont Google amasse des informations personnelles pour l’aider à localiser l’emplacement d’un utilisateur.

Certaines des informations, a-t-il dit, « ne sont pas toujours claires ni exhaustives ».

Alors que Google dit qu’il obtient le consentement des consommateurs avant d’utiliser leurs données pour personnaliser les annonces, la commission Français a trouvé le processus de Google pour informer les utilisateurs sur ce précisément qu’ils consentent à être tout à fait inadéquat. Les utilisateurs ne sont "pas suffisamment informés", a-t-il dit, estimant que le langage de Google était "vague" et que ses violations étaient "continues".

En ce qui concerne les violations, la CNIL a écrit :

Les utilisateurs ne sont pas en mesure de bien comprendre l’étendue des opérations de traitement effectuées par GOOGLE. Mais les opérations de traitement sont particulièrement massives et intrusives en raison du nombre de services offerts (une vingtaine), du montant et de la nature des données traitées et combinées. Le comité restreint fait observer en particulier que les fins du traitement sont décrites d’une manière trop générique et vague, tout comme les catégories de données traitées à ces diverses fins. De même, l’information communiquée n’est pas assez claire pour que l’utilisateur puisse comprendre que la base juridique des opérations de traitement des annonces pour la personnalisation des annonces est le consentement, et non l’intérêt légitime de l’entreprise. Enfin, le comité restreint remarque que l’information sur la période de conservation n’est pas fournie pour certaines données.

Google a déclaré aux journalistes en réponse qu’il était "étudier la décision" d’informer ses prochaines étapes. "Les gens s’attendent à des normes élevées de transparence et de contrôle de notre part", a-t-il déclaré, ajoutant qu’il restait "profondément engagé à répondre à ces attentes et aux exigences de consentement du GDPR".

La chaîne de télévision France 24 a rapporté que le jugement de la CNIL faisait suite à des plaintes déposées par deux groupes de défense en mai, l’une par La Quadrature du Net, le groupe de défense des droits numériques Français, et l’autre par le militant autrichien pour la protection de la vie privée Max Schrems.

"Nous avons constaté que les grandes entreprises comme Google simplement «interpréter la loi différemment» et ont souvent seulement superficiellement adapté leurs produits», schrems aurait déclaré à la station. « Il est important que les autorités précisent que le simple fait de prétendre se conformer ne suffit pas. »

Gizmodo
0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published.