Zimbabwe bloque Facebook, WhatsApp et Twitter au milieu de la répression

Le Zimbabwe a bloqué Facebook, Twitter et WhatsApp application de messagerie au milieu d’une répression sur les jours de manifestations violentes, BBC a rapporté vendredi.

Une coalition de groupes locaux de défense des droits humains affirme qu’au moins 12 personnes ont été tuées et beaucoup d’autres battues et torturées par les forces de sécurité cette semaine.

Le Forum des ONG zimbabwéennes de défense des droits de l’homme a accusé les autorités de couper internet "pour masquer les violations massives des droits de l’homme".

Les manifestations ont été déclenchées lundi par une forte hausse du prix du carburant.

Le gouvernement a blâmé l’opposition et les groupes de défense des droits politiques pour les manifestations, qui ont vu la police anti-émeutes s’opposer à des manifestants dans la capitale, Harare, et la ville méridionale de Bulawayo après qu’ils ont allumé des incendies et bloqué des routes à l’aide de pierres.

Il y a eu des pillages et certaines entreprises et écoles des deux villes ont été forcées de fermer. Les soldats gardent les stations-service, où il ya encore de longues files d’attente d’automobilistes à la recherche d’essence.

L’ONU a appelé le gouvernement à mettre fin à « l’usage excessif de la force » par les forces de sécurité, y compris le tir à balles réelles, et les allégations de fouilles et de passages à tabac de nuit.

"Les associations de médecins disent que plus de 60 personnes ont été traitées à l’hôpital pour des blessures par balle, ce n’est pas une façon de réagir à l’expression de griefs économiques par la population", a déclaré l’agence de presse Reuters citant ravina Shamdasani, porte-parole de l’ONU pour les droits de l’homme.

Le Forum des ONG zimbabwéennes de défense des droits de l’homme a indiqué avoir enregistré au moins 844 violations des droits de l’homme au total.

Jeudi, l’éminent militant Evan Mawarire, qui a appelé à une manifestation pour rester chez lui sur les réseaux sociaux, a été accusé d’avoir subverti le gouvernement, un crime passible de 20 ans de prison. Il s’est fait connaître en tant que figure de proue des manifestations #ThisFlag contre l’ancien président Robert Mugabe en 2016.

Le président Emmerson Mnangagwa a déclaré que cette hausse visait à lutter contre les pénuries causées par une augmentation de la consommation de carburant et le commerce illégal « rampant ».

Mais de nombreux Zimbabwéens, usés par des années de difficultés économiques, ont soudainement découvert qu’ils ne pouvaient même pas se permettre le billet d’autobus pour se rendre au travail.

Les routes ont été barricadées par des manifestants plus tôt cette semaine

Ils estiment que le président, qui est en tournée en Russie et dans les pays asiatiques cette semaine, ne tient pas ses promesses après son élection l’an dernier dans des sondages contestés.

Il peine à relancer l’économie, qui connaît une forte inflation alors que les salaires ont stagné.

La nation d’Afrique australe fait face à une grave pénurie de liquidités en dollars américains et la confiance dans ses billets obligataires, monnaie qui ne peut être échangée qu’au Zimbabwe, est faible.

Les billets obligataires, ou "bollars", sont censés valoir la même valeur que le dollar, mais ont perdu de la valeur en raison d’un manque de devises étrangères soutenant le billet, et valent maintenant beaucoup moins qu’un dollar.

La hausse du carburant signifie que les prix de l’essence sont passés de 1,24 $ (445,16 $) le litre à 3,31 $ (1 188,29 $), le diesel passant de 1,36 $ (488,24 $) le litre à 3,11 $ (1 116,49 $).

Les nouveaux prix signifient que le Zimbabwe a maintenant le carburant le plus cher au monde, selon GlobalPetrolPrices.com.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published.